Livre d’or

 

Vous êtes sensible au travail pictural d’Albane Paillard-Brunet.

Vous souhaitez partager vos émotions. Vous pouvez utiliser le lien suivant afin de publier un commentaire.


Écrivez un nouveau message dans le livre d'or

 
 
 
 
 
Les champs marqués avec un * sont obligatoires.
Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.
Pour des raisons de sécurité, nous sauvegardons votre adresse IP 3.226.243.130.
Il se pourrait que votre message n’apparaisse dans le livre d'or qu’après que nous l’ayons vérifié.
Nous nous réservons le droit de modifier, de supprimer, ou de ne pas publier les messages.
3 messages.
ANDRE a écrit le 15 juin 2018:
J'ai découvert les oeuvres d'Albane in situ, dans la douceur de son atelier. J'ai eu l'impression de pénétrer des lieux, des histoires, des émotions dans chacune de ses toiles. La forte impression qu'elle nous prêtait ses yeux pour regarder le monde. J'y ai vu des seuils, des "au-delà" et pleins de futurs possibles. J'ai cru voir bouger les arbres, je me suis senti en mouvement dans la toile. Matisse et Dufy jamais bien loin ... J'ai surtout rencontré la sensibilité et l'énergie communicative d'Albane, avec ou sans pinceaux. Belle suite picturale.
Colrat a écrit le 11 décembre 2017:
Sensible et très connectée à l’humain et à tout ce qui l’entoure, Albane a de grands récepteurs qui lui font ressentir avec acuité l’énergie d’un arbre ou la souffrance d’un être. Elle dépose sur la toile toute cette émotion avec beaucoup d’énergie. Au départ, presque avec violence, elle jette tout ce contenu bouillonnant puis elle le cisèle, l’organise, le recrée avec beaucoup d’énergie, de mouvements… sa peinture vit.
L’énergie n’empêche pas la douceur et la subtilité.
Je retrouve dans sa peinture des couleurs gaies mais aussi la présence des gris, face secrète d’Albane. Sa sensibilité ne lui fait pas ressentir que ce qui est joyeux et beau… mais aussi la tristesse, la violence qui nous entoure, la fêlure.
Les peintures d’Albane témoignent de son goût du dialogue. L’image n’est jamais figée, les tableaux jamais finis car ils témoignent du mouvement de la vie, de l’interaction entre les choses et leur espace. Les couleurs dialoguent, les taches virevoltent. Ca pétille. J’ai l’impression qu’une seule tache pourrait remettre en question l’équilibre d’une toile. C’est un équilibre de funambule qui doit toujours rester en mouvement pour avancer…. C’est une peinture de ce qui vibre, de ce qui vit, de ce qui bouge. Ta peinture palpite comme ton cœur !
Agnès Colrat
Vincent a écrit le 11 décembre 2017:
Je retrouve toute sa force de vie dans sa peinture...son envie de faire du bien...elle ne met pas mal à l'aise...elle interroge.
Sébastien V.